user

L’Action Jeunesse « tout-terrain » !

PARTAGER

Tout au long du mois de décembre, NOÉ s’est rendu au plus près des acteurs de la jeunesse de notre Communauté sur le lieu-même de leurs formations. Stage national du DEJJ qui fêtait ses 10 ans d’existence ou immersion au sein du Conseil National EEIF en Israël, notre équipe a pris le pouls de cette jeunesse militante en phase avec les défis de son époqueUne manière de prouver une fois de plus la capacité de ces mouvements d’éducation populaire à se remettre en question, et à se projeter à l’horizon de la prochaine décennie. Retour en images sur ces temps forts qui ont enchanté notre hiver ! 

 

Retour vers le futur pour les EEIF ! 

C’est en Israël qu’a démarré ce « NOÉ Tour » avec la participation de Philippe Lévy, directeur de l’Action Jeunesse, au 27ème Conseil National des EEIF qui s’est déroulé du 24 au 26 décembre à Jérusalem, avant que ne démarre le rituel “Stage de Form », autre moment clé de formations destinées aux 450 cadres du mouvements et aux 300 « Zadecks » (jeunes chefs d’équipe) du mouvement scout.  

Organisé tous les 4 ans, le “CN”, nom de code dédié, permet aux cadres des Eclaireurs et Eclaireuses Israélites de France de réfléchir aux futures orientations du Mouvement de jeunesse, crée sous l’impulsion de Robert Gamzon, qui bientôt centenaire, n’a de cesse de regarder vers l’avenir pour éclairer son action ! Pendant trois jours, sous le slogan « Chorachim Veknafim » (« Des racines et des ailes » en hébreu), 450 cadres venus des groupes locaux de toute la France ont refait le monde au sein de 24 commissions mettant en débat une foultitude de sujets contemporains et impérieux dans cinq thématiques principales : pratiquer le scoutismevivre le judaïsmeagir avec Israël et le mondedévelopper la mixité sociale, et enfin innovation et développement au service du mouvement. 

Telle une ruche en pleine effervescence, chaque commission animée par un-e « pilote », parfaitement aguerri-e à l’exercice de la circulation de la parole dans un groupe, a recueilli les avis des participants en vue de rédiger une motion à faire voter par l’ensemble des groupes locaux, proportionnellement à leur effectif.  

Militantisme à l’heure des nouvelles technologies, démocratisation de l’hébreu, intégration des enfants handicapés dans les camps scouts, rôle de l’étude juive (limoud), actions sociales, scoutisme et environnement, … pas une des motions ne fut négligée dans l’ensemble de ses implications et traduisait à chaque fois une exceptionnelle maturité des jeunes qui la portaient. Pour la première fois et notre plus grand plaisir, NOÉ s’est retrouvé mêlé in situ et in vivo au cœur de cette émulation collective, en assistant aux différentes commissions de façon aussi “agile” qu’adjuvante, jusqu’à être introduit une nuit durant dans le « Saint des saints », la salle plénière du vote proprement dit. Ultime privilège récompensé par des propositions enlevées, souvent applaudies et parfois chahutées, démocratie oblige ! 

Peu avant, le tekes inaugural : « Des vélos EEIF pour la vie », initié par des anciens du mouvement et en présence de Lia Rosenberg-Gamzon, la fille du fondateur des EEIF alias Castor de son nom de totem, a mis en vedette 17 vélos médicalisés offerts au Maguen David Adom (MDA), grâce à une collecte bien orchestrée. À cette occasion, lors d’une cérémonie émouvante rappelant le rôle crucial des secouristes en Israël, Ilan Klein, Directeur du bureau francophone du MDA en Israël, et Arié Elmaleh, responsable du Pôle Formations et Jeunesse du MDA France, ont remis un diplôme d’honneur à Jérémie Haddad, Président des EEIF et Karen Allali, la Commissaire Générale, pour leur fidélité de plus de 10 ans. Après une petite virée au Kotel et un chant fédéral entonné par 450 jeunes en « rassemblo » (rassemblement solennel), la nuit blanche passée à débattre sur le futur du mouvement allait pouvoir commencer.  

Et c’est au petit matin que les participants, les yeux embués de fatigue mais remplis de fierté, ont assisté au décompte des 21 motions adoptées sur 24. À l’heure du grand Débat National en préparation par le gouvernement dans le climat agité des « gilets jaunes », on aura retenu de cet exercice de démocratie participative revigorant des interventions exemplaires. Telles celles de Dan Biezunski, jeune responsable de GL, qui a porté une motion sur le développement durable dans les camps scouts, lequel s’est vu remettre l’award du premier camp scout éco-responsable, sous forme d’un œil couleur azur “ grand ouvert sur le monde et sur la planète”, ajoutait-il.  

C’est avec émotion qu’il déclara devant une assemblée conquise qu’il comptait bien faire des émules pour entraîner dans sa belle dynamique nombre de ses collègues. Pari relevé ! A retenir également la motion de Mildred Toubiana sur l’importance de la mémoire et de la transmission au travers d’un recueil des témoignages de rescapés ou fils de déportés via un média intergénérationnel inédit. Dans la commission « mixité sociale », Léa Orzech, brillante lauréate NOÉ de notre appel à projets, a également été saluée pour son initiative aussi nécessaire qu’audacieuse avec un véritable plébiscite de voix ! Elle portait le projet de formation des cadres EEIF sur l’accueil des enfants en situation de handicap au sein des camps scouts. “Une victoire tellement attendue”, nous a confié visiblement soulagée, cette jeune militante très investie au sein des EEIF qui ne manquera pas de porter concrètement cette initiative avec le concours de NOÉ au bénéfice de l’ensemble de la communauté éducative informelle. 

Pour de nombreux groupes de jeunes, l’aventure s’est prolongée par un méga voyage Taglit impeccablement organisé par la Havaya Israélite. Cette suite aura permis aux jeunes de se frotter à Israël et et sa réalité, grâce à des visites et excursions (Yad Vashem, Massada, la Galilée…), et des rencontres passionnantes avec des leaders éducatifs sionistes et des ONG telles que Greenpeace. Un des groupes a même eu la chance de s’entretenir sur le fonctionnement de la démocratie israélienne avec le député Elie Elalouf, ancien militant des EEIF et du DEJJ au Maroc, lors d’une visite à la Knesset, … le jour de l’annonce de la dissolution de Parlement !  

Cette immersion inédite au cœur de ce mouvement historique qui comptabilise aujourd’hui plus de 4000 membres, et 40 groupes locaux en France et en Israël, fut une aventure humaine mémorable ! Les EEIF continuent d’avoir de la suite dans les idées : le mouvement enchaîne sur une sixième promotion de son Ecole des Cadres Stam, et vient de publier le second opus de l’excellente revue de pensée juive en mouvement “L’Eclaireur”.  

Pour en savoir plus : www.eeif.org  

 

Former les cadres de demain :  un impératif pour le DEJJ !

Quelques jours de répit, et c’est déjà reparti sur les chapeaux de roues. Direction Maule dans le département des Yvelines, où près de soixante participants s’agitent et cogitent dans un joyeux maelström. C’est donc au stage national du DEJJ que l’Action Jeunesse a posé ses valises.

Sur trois jours, Philippe Lévy et Jonas Belaiche sont intervenus tour à tour auprès des futurs animateurs et cadres dans un format d’interventions à haute valeur éducative ajoutée. Grâce à différents exercices de brainstorming, le directeur de l’Action Jeunesse, ancien permanent du Département Educatif de la Jeunesse Juive dans les années 80, est revenu sur le rôle fondamental de transformation sociale des mouvements d’education populaire. « Citoyenneté », « vivre / faire-ensemble » et « laïcité » furent les maîtres-mots de cet atelier proposé aux Maayan (“la source” en hébreu, soit les futurs animateurs), les Leaderships (animateurs confirmés) et stagiaires BAFA. Un sujet devenu impératif pour le bon déroulement des centres de vacances dans un contexte de débats sur la laïcité. En interpellant les stagiaires et les confrontant à leur mission éducative, il leur a permis de réfléchir sur la conception du statut d’animateurs et le rôle essentiel d’éducateur juif et citoyen… Tout un programme !  

Jonas, spécialisé sur les sujets de « Mémoire et Transmission », est quant à lui intervenu sur le thème « Pourquoi transmettre et comment le faire ? ». Un atelier très apprécié par les stagiaires avides de nouvelles stratégies éducatives pour faire passer les messages sur la Shoah.  

Enfin, à titre personnel, puisque militante du DEJJ, Daphné Ayache a participé à la dernière soirée de ce stage. Et pour clôturer cette semaine de formation intensive, les Maayan/Leaderships, BAFA/BAFD, et même les formateurs… se sont donnés en spectacle notamment lors d’une battle d’impro !  Une fin de stage très enthousiaste, tout en musique et en danses.  

Ces événements en France et en Israël démontrent bien la capacité de notre Jeunesse juive à prendre son destin en mains. Dessiner une nouvelle étape de son engagement communautaire et citoyen et former ses futurs cadres en assurant la relève, les mouvements ont bien compris qu’ils sont les acteurs de leur avenir ! 

 

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ