user

COUP DE CŒUR CINÉ : « M » le film choc de Yolande Zauberman

PARTAGER

Nous avons assisté à l’avant-première du film « M » de Yolande Zauberman et vous recommandons vivement de ne pas manquer sa sortie sur les écrans le 20 mars prochain. 

Dans ce documentaire coup de poing, la réalisatrice à qui l’on doit le très remarqué long métrage “Moi, Ivan, toi Abraham” suit Menahem Lang, acteur israélien repéré dans les films d’Amos Gitaï, au travers de ses pérégrinations dans les quartiers de Bnei Brak, ville où il grandit auprès de la communauté ultra-orthodoxe des Néturei Karta. « M » comme Menahem, enfant prodige à la voix d’or, abusé par des membres d’une communauté qu’il adulait. 

 

“M”, c’est le récit tout en yiddish d’un homme qui, quinze ans après avoir été abusé par ses frères de yeshiva, se met en quête têtue de justice et de résilience. Caméra à l’épaule et gros plans sur le visage de Menahem dont le sourire encore juvénile et les yeux embués contrastent avec ces témoignages de dos d’autres yeshivistes, autres victimes d’agressions sexuelles, Yolande Zauberman traque une vérité qui peine à être dite et traduite. Omerta absolue dans un judaïsme des plus conservateurs qui doit régler à huis clos et sous le seul patronage du grand rabbin ces affaires de mœurs. Mais dans une prouesse filmique, la documentariste qui accompagne “M” en tous coins, parvient à se faire accepter dans ce milieu très fermé où les femmes sont invisibles et proscrites.  

Les langues finissent par se délier tant M. Lang finit par imposer sa personnalité. Et l’humour produit par certaines scènes de débats d’ultra-orthodoxes sur une sexualité bridée et hautement taboue dans la sphère de l’intime en vient presque à rasséréner l’atmosphère pesante des toutes premières séquences. 

Lorsque Menahem revient à Bnei Brak à la recherche des coupables, dans ce quartier natal qui fit naître sa foi et ses premiers apprentissages, autant que ses sévices, il y retrouve ses connaissances qui saluent son courage et sa ténacité. Il se joint alors à la foule en liesse de hassidim qui dansent dans un tourbillon assourdissant, et en hazan talentueux entonne dans la synagogue de sa bar mitzva avec ses anciens confrères des mélopées qui vous donnent le frisson.  

C’est aussi le retour dans un monde qu’il a tant aimé, dans un chemin où la parole se libère pour exorciser le trauma… Une réconciliation à l’œuvre, qui saisit le spectateur, conscient du lourd fardeau traumatique dont veut se délester “M”. Conscient également que les milieux juifs ne sont pas exempts d’un tel phénomène sociétal. 

 

Sortie le 20 mars sur vos écrans.  

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ