user

HOMMAGE À ILAN HALIMI

PARTAGER

C’était il y a 13 ans.  Le 13 février 2006, Ilan Halimi, jeune homme de 23 ans, était retrouvé agonisant près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois après 24 jours d’affreuses tortures.  

Il succombera à ses blessures lors de son transfert à l’hôpital. Assassiné parce que juif. C’est ce que retiendra le monde dans une insupportable série d’actes antisémites qui s’annonçait, nous menant à l’assassinat de jeunes enfants de l’école Ozar Hatorah à Toulouse jusqu’à celui de Sarah Halimi et plus récemment de Mireille Knoll, octogénaire attachante dont le visage épousait les traits de nos grands-mères aimantes. Voilà qu’en ce mercredi 13 février 2019, l’équipe NOÉ et les mouvements de jeunesse ont pris part à la cérémonie d’hommage à Ilan Halimi, organisée chaque année le long de la voie de chemin de fer où fut retrouvé son corps ligoté et brûlé vif. Cérémonie d’autant plus émouvante que dans un contexte retentissant de hausse des actes antisémites (+ 74%), les arbres plantés à la mémoire de Ilan venaient d’être vandalisés. 

 

Figée par l’émotion et le froid saisissant presque déshumanisant, la foule digne et silencieuse s’est massée autour du nouvel arbre replanté, bien plus grand et vigoureux, comme pour conjurer l’atteinte à la mémoire inaltérable de celui dont le nom avait été célébré la veille à l’Elysée dans la première édition d’une remise de prix éponyme, saluant des projets de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Dans un contexte actuel plus que tendu de recrudescence d’actes antisémites en un an précipités par une actualité de profanations en tous genres :  arbres à la mémoire d’Ilan sciés, portraits de Simone Veil de l’artiste C215 tagués d’une croix gammée ou encore l’odieuse inscription « Juden » balafrant la vitrine de l’enseigne Bagelstein comme aux temps de la Nuit de Cristal, stèles profanées du cimetière de Quatzenheim…), les jeunes engagés ont voulu être présents pour dénoncer cette gangrène de l’antisémitisme. « Ilan représente la jeunesse juive dans ce qu’elle avait de plus solaire. Sa joie de vivre était lumineuse. C’est notre frère, notre cousin ou notre meilleur ami. Nous ne devons jamais oublier son histoire et nous mobiliser à chaque fois que des actes antisémites ou racistes sont perpétrés afin de lutter contre leur banalisation » déclare Ilan Goren, fraîchement arrivé d’Israël et nouveau shaliah de l’Hashomer Hatzaïr.  

 

En prélude de la cérémonie, Emilie Frèche, femme de lettres et scénariste française engagée, auteure de deux ouvrages remarqués sur l’affaire Halimi (La Mort d’un pote et 24 Jours et La vérité sur la mort d’Ilan Halimi) a lu un texte d’une forte lucidité de la mère d’Ilan, Ruth Halimi. Après des discours qui ont mis à l’honneur la jeune génération, lycéens de l’Essonne, élus municipaux et anonymes ont entonné la Marseillaise et allumé une bougie près de l’arbre, symbole d’une vigilance  

 

Le saviez-vous ?

NOÉ et les mouvements de jeunesse travaillent conjointement toute l’année pour lutter contre toutes les formes de discriminations et de haine, en déconstruisant les préjugés et en éduquant la jeune génération à la tolérance et au vivre-ensemble.

Retrouvez nos programmes de formation sur www.noepourlajeunesse.org  

 

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ