user

Olam Shalem : si Jérusalem m’était conté !

PARTAGER

Lundi 1er avril, l’Action Jeunesse participait à la grande journée consacrée à la ville de Jérusalem, dans le temps et dans l’espace, organisée par Olam Shalem en partenariat avec NOÉ et le Campus FSJU. Toute la journée, des directeurs d’écoles, responsables pédagogiques et des mouvements de jeunesse ont assisté à des conférences tenues par des intervenants de renom qui avaient fait spécialement le déplacement d’Israël pour rencontrer une partie de la communauté éducative.

Importance du “calendrier hébraïque” et liens historico-religieux avec Jérusalem, par le Professeur Ely Merzbach du département de Mathématiques de l’Université de Bar-Ilan, renforcement du lien des enfants de diaspora envers Jérusalem, par Haïm Berkovitz, ou encore “Jérusalem dans la communication médiatique mondiale et française” par le célèbre avocat Gilles-William Goldanel : la Ville d’or était au cœur de tous les débats, et rayonnait par sa pluridisciplinarité dans un concert d’érudition et de pédagogie appliquée aux enseignants de kodesh (enseignement des matières religieuses) présents en nombre pour un programme pilote proposé au Campus FSJU et NOÉ par Olam Shalem.   

« Grâce au Campus FSJU et le concours de Olam Shalem, cette journée nous a permis de nous former sur Jérusalem sous un angle à 360 ° : son histoire millénaire, sa portée incontournable dans notre tradition ou son versant géopolitique (…) C’était passionnant ! Les sujets évoqués constituent une indéniable valeur ajoutée pour notre formation continue. Forts de ces approches multi-disciplinaires, nous pourrons en extraire pour nos élèves les contenus les plus pertinents », déclare une jeune institutrice.

Également destinée aux madrikhim (animateurs), la formation s’est prolongée jusque tard dans un format dédié aux praticiens des mouvement de jeunesse, un brin moins théorique, mais plus orientée éducation informelle.

Éducateurs du DEJJ, Bné Akiva, de l’Habonim Dror, de Noam (courant Massorti) et de l’OFAC (Institut de formation des animateurs et directeurs de centres de vacances) ont pris part à des ateliers aux méthodes actives pour réfléchir sur les enjeux et la portée de Jérusalem auprès de la jeune génération, et particulièrement des enfants qu’ils prennent en charge au quotidien dans leurs colos. Histoire de Jérusalem, chants, quizz, photolangage, concours de drapeaux, ateliers manuels … “Autant de bonnes idées à rajouter à l’intérieur de sa boîte à outils en vue d’organiser chaque année un beau Yom Yerouchalaïm”, confie visiblement ravie Anaëlle du Département Éducatif de la Jeunesse Juive (DEJJ).

« Cette soirée était vraiment géniale ! J’ai surtout apprécié la dimension tactile et multidimensionnelle des ateliers. C’est toujours étonnant de toucher du doigt, au sens propre comme au figuré, tels des plasticiens en herbe, la manière dont on peut s’identifier à Jérusalem à travers son patrimoine (modèles en miniatures à construire), sa lumière et ses symboles, dont sa lumière incomparable dans l’atelier façon scrapbooking etc. » s’exclame Mélanie du Bné Akiva, les doigts tachés de peintures bigarrées.

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ