user

5781 : CHANA TOVA !

PARTAGER

Toute l’équipe de l’Action Jeunesse vous souhaite une belle et douce année 5781 !

Plus que jamais, le contexte actuel nous relie aux gens qu’on aime. Pourtant, et paradoxalement, nous devons prendre soin de ne pas ĂŞtre trop proches les uns des autres, en raison de cette satanĂ©e distanciation physique. Première fĂŞte de l’annĂ©e hĂ©braĂŻque, Roch Hachana – littĂ©ralement la « tĂŞte de l’annĂ©e » – est une pĂ©riode de renouveau. Cette fĂŞte marque le dĂ©but des fĂŞtes de Tichri, placĂ©es sous le signe de l’introspection et la remise en question. Chacun fait le point sur l’annĂ©e Ă©coulĂ©e et tend Ă  ĂŞtre meilleur.

La crise sanitaire que nous traversons nous oblige Ă  donner le meilleur de nous-mĂŞmes, auprès de nos proches, nos amis mais Ă©galement des personnes plus vulnĂ©rables. En participant aux chaĂ®nes de solidaritĂ© et actions sociales menĂ©es par le Fonds Social Juif UnifiĂ©, nous participons Ă  un effort collectif : aider l’Autre. C’est cette thĂ©matique du secours Ă  l’Autre, en des circonstances aggravĂ©es par la crise sanitaire, que le FSJU a voulu mettre en avant dans sa campagne de collecte pour les fĂŞtes de Tichri (Ă  retrouver sur www.fsju.org).

Toujours très impliquĂ©s dans les grandes pĂ©riodes de la vie juive, mais Ă©galement pendant la crise sanitaire, les mouvements de jeunesse ont su une fois encore se surpasser. Participation Ă  des actions solidaires, projets de tikoun olam ou encore lancement des centres de vacances en Ă  peine quelques semaines, avec un engagement et une agilitĂ© qui font la marque de fabrique des grands mouvements de jeunesse issus de l’Éducation populaire !  Chacun avec sa spĂ©cificitĂ© a su puiser dans ses ressources et dĂ©couvrir un nouveau vivier d’animateurs, de directeurs et d’équipes pour faire face Ă  la demande importante des parents, sans rogner sur la crĂ©ativitĂ© d’activitĂ©s amĂ©nagĂ©es.

« Pas question de laisser la jeunesse s’isoler, se dĂ©moraliser, ou trainer devant Netflix« , confie un directeur pour qui il Ă©tait inenvisageable de faire une saison blanche. Avec une force inĂ©dite, tous ont pris le pari audacieux de lancer une saison estivale fin juin, pour le plus grand plaisir des enfants et de parents au bord de la crise de nerfs. « On ne pourra pas ressortir la vieille rengaine d’une jeunesse juive qui s’est pas mobilisĂ©e parce que – grâce Ă  eux – les mois complexes et anxiogènes – parfois violents – qu’ont vĂ©cus les enfants ont Ă©tĂ© oubliĂ©s grâce aux animations, aux sourires et Ă  la joie que procure ce sentiment de vivre en collectivité » renchĂ©rit Philippe LĂ©vy, directeur du programme NOÉ .

Le FSJU – via ses dĂ©partements Jeunesse et Social – a Ă©galement poursuivi sa mission Ă©ducative et d’intĂ©gration sociale en octroyant des bourses aux enfants dont les familles sont en difficultĂ© et ceux dont la crise a Ă©branlĂ© leur stabilitĂ©, une classe moyenne privĂ©e de revenus pendant le (indĂ©pendants, free-lance, intĂ©rimaires…). Grâce Ă  tous ces efforts conjuguĂ©s, on compte plus de 11.000 enfants qui cette annĂ©e encore ont pu (re)dĂ©couvrir les joies du « yahad », vivre-ensemble indispensable Ă  leur Ă©panouissement.

Alors, même si l’année qui vient de s’écouler a été complexe et forte en anxiété, personne n’osera dire qu’elle a été vaine.

« BRAVO Ă  tous pour votre Ă©nergie motivante et MERCI pour les projets passĂ©s et ceux qui commencent « , c’est sous ces voeux Ă©crits en pleins et dĂ©liĂ©s sur des cartes aux couleurs toniques que s’est exprimĂ©e l’Ă©quipe NOÉ Ă  l’endroit des tous les responsables associatifs Jeunesse. « 5781 dĂ©marre aujourd’hui mais votre engagement reste le mĂŞme depuis des annĂ©es et nos liens continuent de se renforcer » peut-on lire Ă  la suite. Comme quoi, les bonnes choses se bonifient avec le temps.

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ