user

Best of 2020 : une année si particulière !

PARTAGER

À tous les égards, l’année 2020 nous a réservé bien des déconvenues. Entre la crise du covid qui nous a touchés de plein fouet dans notre vie quotidienne, et les suites de cette crise sanitaire inédite qui nous a demandé une réorganisation totale, 2020 restera dans les mémoires comme une annus horribilis. Paradoxalement, impossible dans ces moments complexes d’être près des siens. Nous avons dû repenser nos marques d’attention envers nos proches et les plus fragiles. 2020 a également permis de prendre le virage digital, de se découvrir particulièrement agiles, plus inventifs que jamais, certains diront même résilients, même si le mot est aujourd’hui galvaudé. Nous aurons appris à faire de nos écrans des fenêtres vers les autres, dans le cadre du télétravail, de la formation, de la continuité pédagogique pour rester en éveil sur des apprentissages profondément bouleversés par les périodes de confinement, dont celle de mars fut la plus sévère et sidérante.

2020 n’en reste pas moins l’année de toutes les expérimentations, de toutes les émotions, de bien des solidarités qui sont nées du collectif NOÉ dont nous vous proposons de revivre en accéléré la chronique des quelques temps forts d’une année si particulière.

 

Janvier 2020 : c’est la rentrée !

Adieu 2019 et bienvenue 2020 ! Cette année, nous l’attendions. Toute l’équipe de NOÉ avait de nombreux projets en tête. À commencer par poursuivre cette merveilleuse aventure de Yam Lekoulam (“la mer pour tous” en hébreu), projet solidaire mené conjointement avec les équipes FSJU du département social et l’organisation de jeunesse Moadon. Nous prévoyons donc deux sorties solidaires pour ce début d’année : la première pour Tou Bishvat (le nouvel an des arbres) à Thoiry et la seconde au musée du Louvres juste avant Pessah pour un jewish code en mode escape game. Malheureusement rien ne se passe comme prévu ! Impossible de rejoindre Thoiry à cause de la tempête Ciara qui nous fait opter pour un plan B : direction le parc de loisirs indoor Lev Parc, puis l’aquarium SeaLife. Nos 150 enfants encadrés par le collectif des mouvements de jeunesse y découvrent la faune et la flore sous-marine en cette veille de fête. Une expérience féérique digne de Fantasia, comme en témoignent les animateurs présents ce jour

       

Du côté des lauréats NOÉ, 2019 s’est clôturé par un très beau panel de projets très inspirants, et 2020 démarre avec de nouvelles initiatives qui traduisent à la fois la créativité et le militantisme de nos jeunes entrepreneurs : création d’un espace de coworking, application de micro-don astucieuse ou des événements créant du lien à l’intention des 18-25 ans, une fois encore les candidats ont impressionné les représentants de nos fondations partenaires par leur maîtrise du sujet et leur maturité relationnelle. 2021 voit d’ores et déjà émerger de nouveaux profils.  Responsable de l’appel à projets depuis sa création, Jonas Belaiche s’affiche confiant sur les prochains mois et les candidats rencontrés en ce début d’année : « Les jeunes qui présentent aujourd’hui leurs idées sont des personnes aguerries. Elles travaillent, militent et donnent de leurs temps dans un organisme. Confrontés au monde actif, c’est donc en toute logique que les porteurs sont tournés vers un public qui leur ressemble. »

Mars 2020 : la covid ébranle nos projets, NOÉ répond “Hineni” !

Début mars, c’est la douche froide pour la France entière. Nous sommes tous confinés. Plus de sorties, de rencontres, d’échanges avec nos proches. Il va falloir prendre son mal en patience et certains vivent particulièrement mal l’isolement dans un sentiment de claustration. Les projets des organismes de vacances s’annulent d’un coup, et les nôtres suivent. Après la sidération générale, NOÉ sonne le rappel et invite l’ensemble de ses volontaires en service civique et ses associations membres à dialoguer, à se réinventer !

Miri et Noé s’occupent pendant le confinement.

Et une fois encore, la jeunesse fut exemplaire ! Personne n’avait pourtant imaginé jusqu’alors organiser un mahané (séjour) via zoom ou préparer des activités 100% online. Cette crise sanitaire nous a obligés à changer de point de vue et à réintroduire le meilleur du digital dans des approches ludo-pédagogiques originales faisant la part belle à l’interactivité. C’est notamment le cas des colonies lancées par le mouvement Judaïsme En Mouvement (JEM) : « Il était impensable pour nous de ne pas accompagner les enfants pendant les premières semaines de confinement. Nous avons dû annuler le mahané, mais nous avons maintenu le lien avec tous les jeunes, en lançant des cahiers de confinement, puis de déconfinement, très appréciés de nos jeunes ! », nous confiait alors Oren Giorno, directeur du département jeunesse de JEM.

Créer ce lien, le fortifier, ne pas laisser les jeunes en plein confinement sans contacts incarnés et leurs amis, sombrer dans la morosité, voire une forme de dépression : c’est exactement ce que tous les mouvements de jeunesse fédérés par NOÉ ont essayé de faire. Certains se sont lancés dans des vidéos tutos ou des jeux on-line, d’autres ont lancé des aides aux devoirs, d’autres encore ont animé des ateliers créatifs en montant de véritables petits studios home made grâce à l’usage malin de logiciels et nouvelles technologies. Parfois, il était seulement question de se retrouver pour échanger sur la « vie d’après », tandis que certains soirs, des personnalités prenaient la parole devant un auditoire 100% virtuel pour des conférences captivantes. En bref, tous ont joué ce rôle d’accompagnateurs, de grands frères que l’on reconnait bien comme étant la marque de fabrique de militants qui, chaque été, troquent leur vie de lycéens ou d’étudiants, pour leur houltza de madrikhim, les animateurs investis dans la sécurité affective des enfants qui leur sont confiés ! 

Les responsables les plus âgés et les étudiants ont également travaillé de concert afin de venir en aide aux plus fragiles. Installés dans un « QG » les militants de l’UEJF ont ardemment travaillé avec les associations partenaires, guidées par la task force du FSJU pour venir en aide à de nombreuses familles en situation de précarité ou très isolées : distribution de repas ou de masques, livraisons de courses pour les fêtes de Pessah, lien social auprès des plus vulnérables… Cette crise a permis à chacun de révéler le meilleur de soi-même. “Hineni !” (“Me voici”) restera le mantra de circonstance, nom de code emblématique d’une génération solidaire !  

 

Mai 2020 : un retour à la vie (presque) « normale »

Après des mois d’attente, le gouvernement annonce officiellement un déconfinement progressif. Nous allons pouvoir ressortir, reprendre le chemin de l’école, des facultés, mais pas encore des salles de spectacle ou du ken (le « nid » en hébreu : lieu des activités des mouvements de jeunesse) … Cette soupape est un soulagement pour tous. Pourtant à l’heure du déconfinement, beaucoup de questions restent en suspens : comment allons-nous nous organiser ? Quelles vont être les règles d’hygiène et de distanciation spécifiques à respecter prochainement ? Pourrons-nous maintenir nos centres aérés et colonies de vacances ?… Autant de questions sans réponses.

Afin d’accompagner ses membres fédérés, l’équipe NOÉ a appris à se réinventer pour aider ces associations. Chaque jour, l’équipe s’est démenée pour accompagner au mieux les responsables lors du confinement, grâce à des ateliers en ligne, puis du déconfinement et de cette phase de transition si particulière. « Tous les jours, nous avions des nouveaux communiqués avec une nouvelle règlementation. Il a fallu apprendre à démêler le vrai du faux et l’équipe de NOÉ a été très présente lors de cette période. Cela a été réconfortant de ne pas se sentir seul » déclare l’un des membres du GIC Jeunesse (collectif de tous les acteurs jeunesse adhérents du FSJU). « La réunion organisée en partenariat avec l’AMIF* nous a notamment permis de mieux appréhender le suivi d’un cas covid en colonie de vacances. Et cela a été utile pour tous ! » poursuit-il.

*Association des Médecins Israélites de France

Malgré une situation exceptionnelle, impossible de passer à côté des festivités de Yom Haatsmaout, anniversaire de la déclaration d’Indépendance de l’État d’Israël que nous célébrions chaque année dans un théâtre aux côtés du KKL, avec un tekes (cérémonial) préparé par NOÉ et le collectif des mouvements de jeunesse.  Là encore, l’esprit de la fête fut plus fort que tout. C’est dans cette veine du « jeu 3.0 » qu’a été organisé le premier « Yom HaatsKahoot ! » : un grand quizz sur Israël co-animé par Daphné Ayache (NOÉ) et Julien Cohen-Solal (animateur à Moadon et ex volontaire en Service Civique NOÉ). Quizz qui a réuni une quarantaine de joueurs de tous âges et tous horizons, avec des questions sur l’histoire d’Israël, sa culture, ses dimensions politiques et ses grandes réalisations.

Les mouvements de jeunesse eux-aussi ont rivalisé d’audace et de créativité pour marquer du sceau de l’agilité ces dates solennelles. Fidèle à ses habitudes, YANIV, fêtant ses 40 années au service de la jeunesse juive de France, a lancé sa propre web radio : « Radio YANIV » spéciale Yom Haatsmaout. Animée par des animateurs, directeurs et anciens du mouvement, cette émission mettait à l’honneur la « Famille Yaniv » en interviewant des anciens Yaniviens, maintenant en Israël ! De son côté, le DEJJ organisait pour la première fois de son existence un concert live intergénérationnel et international ! Des 4 coins du monde, et de 7 à 77 ans, des anciens animateurs, directeurs, sympathisants ou familles proches du mouvement se sont retrouvés pour chanter et fêter Yom Haastamout. Beaucoup d’émotion, de ardout (fraternité) et de coopération flottaient dans cet air printanier, annonciateur d’allègements des mesures de confinement.

 

Juillet 2020 : Colo or not colos ?

C’est enfin le grand jour : le départ des colonies de vacances ! Elles étaient tant espérées et attendues par les enfants et les parents !

À quelques rares exceptions près, nos colos ont été épargnées par le coronavirus. Et rien n’était dû au hasard ! Dès les premiers signes d’autorisation gouvernementale, en conscience et responsabilité, l’ensemble des responsables de mouvements de jeunesse, d’organismes de loisirs, de camps scouts des EEIF et autres centres aérés fédérés par NOÉ, – le programme Jeunesse du Fonds Social Juif Unifié -, s’est attelé à mettre en place les protocoles sanitaires fort contraignants.  Ces protocoles avaient été commentés en cellule de crise dans le cadre de réunions régulières avec l’ensemble des organisateurs de séjours, dans une formidable ardeur collaborative. 

Pour ce mois de juillet, la tournée de l’équipe jeunesse FSJU, relayée par les directeurs délégués FSJU en région, a été très bien accueillie partout en France ! En plus de la cellule d’astreinte par téléphone ou groupe WhatsApp en lien constant avec le collectif des organismes, elle a favorisé sur place un échange constructif avec les encadrants et plaisant avec les enfants.

À la fin du mois de juillet, le pari est réussi : plus de 11 000 enfants (contre 15 000 habituellement) ont pu souffler le temps des vacances. Que ce soit en colonies ou en centres aérés, cette « bulle de décompression » était nécessaire pour tous. Ils ont pu se resociabiliser et redécouvrir une liberté oubliée. Ce bonheur perceptible dans les yeux de chaque tête blonde ou brune vient conclure des mois intenses de préparation et un travail colossal de chaque responsable de mouvement de jeunesse. Kol Hakavod ! 

 

Septembre 2020 : une actualité bouleversée

Après quelques jours de congés bien mérités, l’équipe de l’Action Jeunesse du FSJU se retrouve pour son bilan de rentrée. Et une fois n’est pas coutume, chacun est revenu ressourcé et la tête pleine d’idées ! Première bonne nouvelle : Débora Dahan rejoint l’équipe ! Militante de la première heure (elle a fait ses classes à l’Habonim Dror et l’hachomer Hatzaïr !) et le sourire aux lèvres, elle a en charge la promotion  des volontaires en service civique et remplacera Daphné Ayache, qui attend un heureux événement !

Deuxième bonne résolution : l’internationalisation de nos actions ! Du samedi 21 novembre au lundi 23 novembre NOÉ était partenaire du E-summit, sommet incontournable qui rassemble les principaux professionnels, bénévoles, leaders et élus de toutes les associations juives européennes. Un magnifique événement qu’ont pu suivre quelques jeunes chanceux des mouvements de jeunesse ! Enfin, sur une touche plus solennelle, la jeunesse juive aux côtés de NOÉ et des écoles juives, est également descendue dans la rue pour honorer la mémoire de Samuel Paty, professeur des écoles froidement assassiné.

Décembre 2020 : NOÉ fait sa Tsédaka TV  !

Pour le FSJU, les mois de novembre et décembre sont traditionnellement ceux de la grande campagne de l’Appel national pour la Tsédaka. La jeunesse habituellement mobilisée au travers d’actions variées se retrouve une fois encore dans l’incapacité de mener des projets et événements physiques, suite à l’annonce d’un nouveau confinement. Pourtant, les jeunes cadres militants des mouvements (Bné Akiva, DEJJ, EEIF, Habonim Dror, Hashomer Hatzaïr, … JEM, Netzer, Noam, Moadon, Yaniv …)  ont eux aussi décidé d’agir et de se mobiliser pour la campagne.

En lien avec l’Action Jeunesse du FSJU et dans le cadre du programme NOÉ, ils lancent – pour la première fois dans toute l’histoire de la campagne ! – la Tsédaka TV : un show télé original créé par et pour la Jeunesse.

Pendant 3 mois, tous ont su rivaliser d’inventivité pour proposer du 5 au 6 décembre, des programmes télévisés dignes des plus grands ! StoryTimes, Burger Quizz spécial Tsédaka, Touche pas à ma Tsédaka… La grille proposée était riche et variée ! Avec une motivation folle, les cadres des mouvements ont su dépasser leur limite et s’astreindre aux règles sanitaires et de productions imposées (pour la bonne cause !) par l’équipe de Magneto Prod ! Au final : plus de 22h de programmes diffusés pour la première fois sur une chaîne jeunesse 100% solidaire ! “Un exploit que l’on compte bien recommencer l’année prochaine !” ajoute Philippe Lévy, directeur du département Jeunesse au FSJU.


Malgré un confinement et des moments difficiles, 2020 a été une année riche en projets et 2021 démarre également sur les chapeaux de roues ! Premier projet à voir le jour : HINENI (“Me voici” en hébreu), la réserve militante constituée de jeunes cadres des mouvements de jeunesse, des anciens et nouveaux volontaires en Service civique, de jeunes militants de tous poils, … qui recevront une formation de haut niveau et seront immergés au quotidien dans le champ du caritatif grâce aux partenariats du FSJU avec des associations et fondations (Emmaüs, Secours Populaire …) qui œuvrent dans ce secteur.

Très prochainement en effet, NOÉ mènera des actions de réflexion et de formation en partenariat avec le département scolaire du FSJU, l’UEJF, et les éducateurs de terrain, afin de forger une conscience politique et militante forte au sein de la communauté.

Ce programme ambitieux, soutenu entre autres  par la Sacta Rachi et Junction, rassemblera partout en France des hauts potentiels issus des  organisations de jeunesse.

Quelques temps forts en images…

 

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ