user

Rassemblements de soutien à Sarah Halimi : Le collectif des mouvements de jeunesse mobilisé dans toute la France !

PARTAGER

Dimanche 24 avril, le collectif des mouvements de jeunesse manifestait aux coté du FSJU dans plusieurs villes de France, à la mémoire de Sarah Halimi (z’l) . Un moment fort qui engage les plus jeunes dans une première expérience d’un militantisme où il faut battre le pavé pour se faire entendre.  

 

Dans la foule immense Place du Trocadéro à Paris, des pancartes ont été brandies aux slogans et dessins illustrés par le graphiste PEK :  » Pas de droit sans justice !« , « Justice défoncée ? » ou « Justice pour Sarah Halimi « , « Fume et Tue”, “Fumer tue et nuit à la santé, des Juifs”, tant de messages forts qui traduisent la colère « mais pas l’esprit vengeur”, apostrophe un quidam dans la foule insistant sur ce distinguo. De nombreuses personnalités cultuelles, politiques, et du monde culturel et du spectacle, étaient présentes sur l’estrade à l’appel du collectif emmené par Jonathan Behar et à titre personnel et militant Julie Guez (directrice de la philanthropie au FSJU),  du CRIF, FSJU et du Consistoire afin de réclamer justice pour Sarah Halimi (de mémoire bénie), et une évolution de la loi. 

Plus loin, Rafaël, 10 ans, et Anouk, 8 ans, deux jeunes des EEIF arpentent le parvis des Droits de l‘Homme (tout un symbole !), pour rejoindre leur groupe local et participer à ce rassemblement en soutien à la famille de Sarah Halimi (z’l).

« C’est une grande première pour nous ! Il était impensable de rester passifs face à une telle situation ; ce rassemblement montre le mécontentement de tous concernant les décisions de justice de cette terrible affaire qui nous touche en plein coeur ! Trop d’actes antisémites ont été perpétrés ces dernières années et nous sommes la génération active qui souhaite avoir le droit de vivre en paix en France et de dire notre ras-le-bol ! » explique le jeune militant EEIF le plus âgé, dissertant avec un autre jeune cadre de l’Hashomer Hatzaïr sur « ce déni de justice« .  

À l’émotion des premiers mots d’ordre, succède la détermination des manifestants (plus de 25 000 à Paris !) pour réclamer justice et rappeler en quoi cet assassinat barbare concerne bel et bien tous les Français et pas seulement les Juifs.

Le lendemain de la manifestation, Clara Gilad, jeune volontaire en service civique FSJU NOÉ pour l’Habonim Dror à Marseille, s’exprime au micro de Philippe Lévy dans l’émission Le Lunch By NOÉ, émission bimensuelle sur la Jeunesse engagée : « Nous souhaitons montrer notre indignation face à la décision de justice. C’est un droit et un devoir de militant de pouvoir descendre dans la rue pour montrer notre mécontentement, et avec notre mouvement nous souhaitions nous mobiliser et dire que la Jeunesse était vigilante à ce qu’on ne banalise pas la violence et les crimes antisémites. Cette histoire d’abolition de la conscience est inacceptable ! Si une ‘’bouffée délirante antisémite” est exonérée de toute responsabilité, alors je donne peu cher de toux ceux qui se cacheront derrière les délires sous drogue pour commettre en toute impunité des actes odieux ! J’ai lu Sartre et je pense qu’on répond tous de nos actes ! ». Tout est dit.  

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ