user

NOÉ rencontre ses partenaires internationaux.

PARTAGER

Le département Jeunesse du FSJU, qui démarre un nouveau cycle avec le renouvellement de son équipe, se lance de nouveaux défis et inscrit dans sa feuille de route des chantiers ouverts sur l’Europe notamment pour faire vivre un Judaïsme hors des frontières à un public de jeunes adultes, humains voyageurs ! Lumière sur la « Retreat » de la Moishe House au Musée d’Art et d’Histoire et du Judaïsme (MAHJ).

À la Jeunesse, le mois de novembre est traditionnellement consacré aux rencontre-bilans avec les Fondations partenaires, financeurs du programme NOÉ et des ajustements d’objectifs fixés en commun.  

Si la pandémie a mis en sommeil quelques événements, dont le rituel séminaire des cadres militants qui reviendra en mai à Lyon pour lancer l’École des Cadres Hineni !, elle n’a pas engourdi la créativité d’un département réputé agile et explorateur de nouvelles pistes de collaboration.  

Ainsi, Philippe Lévy, directeur de l’Action Jeunesse, a-t-il reçu tour à tour les représentants des partenaires internationaux : BBYO international, l’EUJS (Union des Étudiants Juifs d’Europe), Junction, Yesod, et s’est même rendu à la « Retreat » de la Moishe House au MAHJ, le 21 novembre dernier, à la découverte des nouveaux résidents des appartements parisiens, véritables tiers-lieux d’expression d’un judaïsme ouvert, pour entamer un dialogue riche et prospectif avec ses homologues.  Il était accompagné d’Eden Barouch, volontaire en service civique FSJU NOÉ au sein de la Coopération Féminine.

Cette rencontre a été brillamment animée par Faustine Sigal, en charge des Jewish contents pour les Moishe Houses d’Europe, à travers différents ateliers mettant en « lumière » la luminosité dans Paris ainsi que l’histoire de Hanouka, fête des lumières. Certaines thématiques ont approfondies plus que les autres au regard de la traditiion et même d’une dimension sémiologique. Parmi elles :  »la lumière (vigie) qui éloigne et diminue le danger », et la lumière qui crée de la visibilité, ou comment « briller » par son aura ?

Après un échange à visée comparatiste sur la lumière de Paris et la fête de Hanouka, les jeunes ont participé à une visite guidée privéedu MAHJ afin de retracer l’Histoire de Hanouka, via des très belles pièces et hanoukiot qui ont traversé les âges, et commenter les vestiges de l’époque.  » J’ai particulièrement apprécié ce moment qui qui m’a permis de comprendre le rôle primordial que nous avons, en tant que jeune, à jouer dans la notion de transmission des valeurs du peuple juif. « , nous explique Eden, enchantée de cette immersion dans cette « Retraite » qui « offre un espace de réflexion sur les pratiques de nos résidents et motivations des candidats co-locataires engagés de nos appartements à Paris« , commente Faustine.   

La journée s’est achevée par atelier manuel pour développer la créativité et tisser des liens. Chaque jeune a construit sa propre hanoukia en céramique, à l’image de son reflet.

Cette rencontre fut un grand succès auprès des jeunes, avec de nombreux échanges en joie, en émotions, en rire, et découverte ainsi qu’écoute de l’autre.  

Le FSJU, via son département Jeunesse, va justement mettre en relation ces jeunes avec son réseau d’associations en recherche de profils étudiants pour leur proposer des actions solidaires.  

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ