user

Prix Corrin 2021, délibération du jury pour l’édition du 30ème anniversaire.

PARTAGER

Après avoir été animé pendant des années par la Direction de l’Action Culturelle du FSJU, le Prix Annie & Charles Corrin pour l’enseignement de la Shoah a désormais intégré l’Action Jeunesse, en charge des aspects de mémoire et de transmission, des voyages éducatifs et des formations auprès des mouvements de jeunesse. Le 8 décembre se tenait au FSJU la délibération du Jury, présidée par Boris Cyrulnik, en vue de décerner la Remise du Prix Corrin aux lauréats le 27 janvier prochain au Lycée Louis-le-Grand à Paris. Cette année est d’autant plus symbolique qu’elle correspond aux 30 décennies marquantes d’un Prix reconnu par la communauté éducative tout entière pour la qualité des travaux menés par les élèves et leurs enseignants. 

Pour cette 30e édition anniversaire, la remise du Prix prévue le 27 janvier au lycée Louis-le-Grand, date commémorative de l’ouverture des Camps d’Auschwitz-Birkenau, a reçu le haut patronage de Jean-Michel Banquer, ministre de l’Éducation nationale ; cérémonie  dont l’importance autour du travail de mémoire est ravivée par les récentes polémiques agitées autour du sort des Juifs français sous le régime de Vichy.  

Stoppé en pleine crise sanitaire en 2020, ce Prix porté avec ardeur par les filles du couple Corrin : Éliane, Sylvie et Élise, reprend de plus belle avec près d’une vingtaine de dossiers de candidature reçus par NOÉ, salués par le Jury pour leur qualité et l’implication des classes qui ont été accompagnées par des enseignants volontaires et particulièrement investis. 

Les travaux exemplaires des élèves et de leurs enseignants, qui traduisent une dynamique de recherche dans les archives de la Seconde Guerre mondiale, à travers des témoignages puissants, des rencontres avec les rescapés, Justes ou enfants cachés, ou des lieux empreints d’une vie juive décimée, n’ont pas manqué de sensibiliser le Jury, réuni le 9 déc. dernier à l’Espace Rachi. 

Présidé par Boris Cyrulnik et composé d’historiens (Annette Wieviorka, Iannis Roder, …) très concernés par les défis pédagogiques relevés par la jeune génération à l’heure de la disparition inéluctable des survivants, ce Jury a distingué les travaux de 3 établissements scolaires. Ces projets, qui recourent aux médias, romans graphiques, et les nouvelles technologies (documentaires, courts-métrages, podcasts radio, parcours sonore urbain …), ont tous rendu compte d’une cohésion de groupe, transformant les élèves, mini-chercheurs historiens et acteurs vibrants de cette mémoire vive, en véritables citoyens en devenir. 

> Si vous êtes chef d’établissement, enseignant, éducateur ou responsable associatif et que vous souhaitez assister à ce prix, contactez-nous : prixcorrin@fsju.org  

Laisser un commentaire

Pas de commentaire

MENU
NOÉ